Ginette le magazine

Interview de JeanFi Janssens, l’humoriste qui décolle !

Il y a encore quatre ans, JeanFi Janssens était steward chez Air France. Depuis les choses ont changé, après un passage très remarqué dans l’émission à succès de son ami Stéphane Plaza, il additionne les passages télé et présente son premier one man show – très réussi – aux quatre coins de l’Hexagone. Une Grosse Tête qui a, c’est sûr, trouvé sa voie vers le succès !

Vous avez fait vos premières scènes en parallèle de votre métier de steward, avez-vous toujours eu cette envie de faire rire ?

Monter sur scène et faire rire, oui. Je pensais en faire un hobby mais pas un métier, je n’ai jamais pensais arrêter Air France pour faire artiste, ça c’est sur !

Ça a été un parcours très rapide… 2014 Recherche appartement ou maison, 2016 l’entrée aux grosses têtes

Pour « Recherche appartement ou maison », je ne fais pas encore de théâtre, je suis encore steward, c’est seulement l’année suivante où je commence à faire des petites scènes, j’écris mes premiers sketchs, je vais les tester 5 minutes par-ci, par-là dans des caves tout en continuant de travailler chez Air France. Entre temps, une de mes amies m’inscrit au « Printemps du Rire » à Toulouse, je termine en finale sur 600 participants. La même année, je termine finaliste de la sélection française du Festival de Montreux, c’est à ce moment là que les professionnels ont commencé à s’intéresser à moi.

Il ne faut pas faire ce métier si on n’aime pas les gens.

JeanFi

Le métier de steward ne laisse que peu de souplesse pour organiser un planning, comment avez-vous fait pour gérer vos deux carrières en simultané ?

J’ai eu ma première résidence dans un petit théâtre parisien, The Artist, il n’y avait qu’une trentaine de places, mais ce sont mes collègues d’Air France qui ont rempli la salle pendant presque 2 saisons complètes. Je jouais les jeudis, vendredis et samedis, ce sont les filles du planning qui se sont arrachées les cheveux pour que je puisse jouer au théâtre en rentrant de vols, ça a été à couteau tiré pendant un an, j’en ai fait un burn-out. J’ai pris la décision de demander un congé sans solde, je ne suis consacré qu’au théâtre, malheureusement cela ne fut pas pendant la bonne période. Avec les attentats, les salles étaient désertes, ce fut une année compliquée mais je pense que la galère cela fait aussi partie du chemin de l’artiste.

Un chemin incroyable, en à peine quatre année, qui vous amène sur le parquet de Danse avec les stars

Je suis passée d’une salle de 70 à une salle de 500 à Paris, le cinéma avec Dany Boon, la sortie de mon livre, Danse avec les stars… Quand vous le vivez, c’est long C’est excitant et angoissant en même temps, c’est aller trop vite, je ne trouvais pas cela normal. Je me disais qu’on allait me reprendre ce succès, dans le milieu on m’a aussi fait sentir que je n’étais pas légitime, je n’étais pas humoriste, j’étais le steward qui faisait rire.

Vous remplissez de grandes salles, comme ce fut le cas à Ludres notamment, y a t-il des Zéniths de prévus ?

 Les salles grossissent au fur et à mesure, et encore là elles grossissent vite ! J’ai eu l’occasion de faire deux fois La Cigale, un Olympia prévu en 2020. J’ai fait mon premier Zénith à Caen, c’est une étape mais je perds quand même ce rapport privilégié que j’ai avec le public. J’aime être un artiste populaire, parce que je suis proche des gens. Il ne faut pas faire ce métier si on n’aime pas les gens. C’est grâce aux Grosses Têtes qu’il y a eu cette demande fulgurante !

Votre projet avec Stéphane Plaza est-il toujours d’actualité ?

Oui, oui ! On en parle, on est sur un projet théâtral. On avait fait quelques vidéos de soutien pendant Danse avec les stars, c’est à ce moment là que nous nous sommes rendus compte que les gens adhéraient vraiment à nos bouffonneries. On a fait la première partie d‘Éric Antoine au Palais des Sports de Paris, et ca a bien marché ! Il n’est pas impossible non plus que Laurent Ruquier soit de la partie dans ce projet.

Je suis une grosse phobique de l’avion, en tant qu’ex-steward, quel conseil pourriez-vous donner aux aérophobes ?

Vous prenez des choses avant de monter dans l’avion ? J’ai fait 20 ans de carrière dans un avion, c’est bien la preuve que c’est sûr ! L’avion pour moi, c’est un ami ! Sur les longs courriers, la sensation est différente, on a l’impression d’être dans un bâtiment pas dans un truc qui vole ! En général, j’emmenais les gens dans le cockpit pour montrer à quel point la chose est maitrisée, que tout était sous contrôle. Il existe aussi des stages anti-stress, ça marche assez bien ! Sinon, je conseille toujours un verre de vin, avec l’altitude les effets de l’alcool sont décuplés, un verre de vin ça marche bien !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.