Ginette le magazine

Interview d’Alexandra Lamy et Éric Lavaine pour Chamboultout

Elle est l’une des actrices françaises les plus appréciées depuis sa révélation dans la série à succès «Un gars, Une fille», il y a déjà 20 ans. Il est l’un des réalisateurs des comédies les plus populaires du cinéma avec, notamment, «Barbecue» et «Bienvenue à bord». Pour cette troisième collaboration, ils nous plongent dans l’univers sensible et touchant des aidants qui veillent, avec beaucoup d’amour et de bienveillance, sur leurs proches. Des situations plus nombreuses qu’on ne l’imagine et qui demandent de nombreux sacrifices. Rencontre touchante pour un film bouleversant.

Une fois encore le casting est de haut vol, le rôle d’Alexandra est sur-mesure, vous aviez cherché d’autres actrices pour ce rôle principal. Qui aurait-pu le jouer ?

Éric Lavaine : Nous avons déjà tournés deux films ensemble, le prochain devait être « Un jour chez ma fille », la suite de « Retour chez ma mère », nous ne voulions pas forcément refaire tout de suite un film ensemble. Alex a une carrière lui permettant de faire trois-quatre gros projets différents par an.

Un joli casting jusque dans vos « seconds rôles » avec notamment Oliva Côte, Anne Girouard, Jean-François Carey…

E.L : Jean-François Carey, pour moi, à un côté Jacques Villeret, il a ce coté comme Jérôme Commandeur, ils te font marrer et tu sens que tu peux vite partir sur quelque chose de très triste.

Alexandra, pourquoi avoir accepté ce rôle ?

Alexandra Lamy : Inconsciemment quand j’ai lu rôle, il y avait une partie de moi. Mon agent avait dit dès le départ « on sent tellement que c’est pour toi ». Éric me propose des choses très différentes dans chaque collaboration, c’est ça aussi qui est très important !

Le rôle joué par José Garcia, est lui aussi un défi d’interprétation puisqu’il campe un homme qui va devenir aveugle suite à un accident de la route

É.L : Il aime les rôles un peu « excessif », je lui avais proposé, le rôle interprété par Lambert Wilson dans Barbecue, il l’a refusé parce qu’il le trouvait trop lisse.

A.L : Il aime les challenges, c’est un sportif !

Vous avez tournés chacun avec Franck Dubosc, sur des projets différents, y a t-il un espoir de vous voir ensemble sur le même film ?

A.L : Nous en parlions d’ailleurs tout à l’heure, nous avons croisés Franck et c’est lui qui nous a relancé sur un projet que nous avons en commun. Nous travaillons de la même façon, on s’amuse dans la bonne humeur !

Vos comédies sont inclassables, à la fois tendre et touchante !

É.L : J’avais envie qu’elle commence par un drame avec un fond vrai. Je ne cherche pas la vanne, je cherche une situation réaliste qui puisse devenir drôle !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.