Audrey Dana, une femme qui en a

✏️ Audrey 4 février 2017
Audrey Dana, une femme qui en a

Quelle femme n’a jamais eu l’idée folle d’imaginer à quoi ses journées pourraient ressembler si elle se réveillait avec les attributs du sexe opposé ?

Audrey Dana a eu le génie fou de transposer cette pensée passagère en long métrage.

On y découvre Jeanne, mère de deux enfants, qui, après s’être fait larguer comme une malpropre, se réveille un matin avec un pénis. Pour les besoins de l’article, et pour ne heurter la sensibilité de personne, je vais donc utiliser le petit nom de ce nouvel invité dans le corps de Jeanne, Mr Pinpin.

Comment ne pas tomber dans la vulgarité et dans la caricature quand on aborde ce genre de sujet sensible ? Parce que ce n’est pas uniquement une métamorphose physique, mais c’est également l’ensemble de ces petites choses qui nous paraissent anodines tant elles sont habituelles…Réussir à faire du vélo ou même ne serait-ce que marcher avec un corps qui ne nous appartient quasiment plus, réussir à être soi quand une partie de nous est un peu différente. Audrey Dana réussit, avec humour et tendresse, à nous faire passer d’un point de vue masculin à un point de vue féminin sans que cela nous paraisse anormal.

Encore un casting 5 étoiles qui, comme pour « Sous les jupes des Filles », est parfaitement adapté : Christian Clavier en gynécologue un brin perturbé, Éric Elmosnino en collègue à la réputation de Don Juan et Alice Belaïdi en copine, elle aussi un peu paumée sentimentalement. Mention spéciale à Antoine Gouy, pour moi la révélation du film, en mari vraiment salaud qu’on adore détester. Il s’en sort hyper bien, parce que c’est un mec vraiment sympa, bon il a pas joué dans « Le Goût des merveilles » (Antoine si tu passes par là), mais je suis sûre qu’il ne va pas quitter nos écrans de si tôt.

Après un échange avec le public présent hier à l’UGC Ciné Cité de Ludres, l’équipe s’est largement prêtée au jeu des selfies et autres dédicaces, l’occasion pour Audrey Dana de montrer le catalogue très large de ses plus belles grimaces en faisant des battles sur chaque selfie, et pour Foxy – le spitznain de la réalisatrice – de tenter de lui voler la vedette.

Audrey Dana est une femme fidèle en travail, elle collabore à nouveau avec deux femmes qu’elle aime et admire, Alice Belaïdi et Imany, toutes les deux déjà présentes au générique de son dernier film hommage aux femmes.

De situations cocasses en surprises vraiment imprévues – Bravo Mme Dana pour la chute du film imprévisible – l’histoire surprenante et finalement très attachante de Jeanne et Mr Pinpin, nous incite à nous poser plusieurs questions : Arriverais-je à vivre en étant une personne que les gens pourraient considérer comme différente ? Tant que nous sommes heureux, sommes-nous vraiment si différent ? Les femmes doivent-elles encore faire leurs preuves dans un monde un peu trop masculin ?

Une vraie belle comédie qui, même si l’idée de base était probablement différente de celle que j’ai pu interpréter, fait passer un message fort de tolérance entre Homme et Femme.

Sortie le 22 février 2017

signature
Print Friendly, PDF & Email

You may also like

2 réactions

Aglaé 4 février 2017 - 14 h 39 min

Merci pour ta chronique, qui donne envie de voir ce film – pile le genre de comédie que j’aime.
Bon week-end !

Reply
Mes découvertes musicales #1 - Hep la vosgienne ! 12 février 2017 - 12 h 56 min

[…] Alors oui, Imany n’est plus une découverte, du moins pas pour moi. À la première écoute de ses titres, il y a 6 ans en première partie de Ben l’Oncle Soul, ce fut l’amour fou. Avec ses sonorités rappelant Tracy Chapman, et ses paroles si fortes, Imany a déjà tout d’une grande. Repérée par Audrey Dana, elle s’affiche sur la bande originale de ses deux derniers films « Sous les jupes des filles » et « Si j’étais un homme ». […]

Reply

Laisse un message