Ginette ⭐ Visites Interdites est octobre

Ginette ⭐ Visites Interdites est octobre

Pourquoi avoir accepté le projet «Le Grand Est à la une» ?

Parce que j’ai toujours été impliqué dans la vie associative, politique, syndicale et donc militante. Quand je vois des projets neufs et qui bousculent un peu la normalité, je suis automatiquement attiré. Alors si je peux apporter mon grain de sable à un édifice qui peut devenir durable, j’en serai fier 🙂 Ajoute à ça mon chauvinisme lorrain, tu as tous les ingrédients pour intégrer ce projet et le porter avec vous 😉

Quel est ton parcours professionnel ?

Je faisais parti des élèves qui en avaient un peu rien à foutre de l’école, un peu terre-à-terre. Moi, je voulais juste taffer et apprendre ou approfondir ce qui me bottait, pas qu’on m’impose un programme. Alors après un échec cuisant au brevet des collèges ^^, je voulais être animateur radio mais hors-budget à l’époque pour mes parents, alors je me suis tourné vers la nature pour travailler dehors donc études professionnelles en apprentissage en tant que paysagiste où j’ai obtenu un BEP et un BAC PRO. Ensuite, direction la vie active où j’ai intégré la mairie de la ville où je suis né. On m’a ensuite diagnostiqué un souci de santé important m’empêchant de poursuivre dans ce domaine, je me suis consacré (au sein de la mairie) au montage d’un projet à l’opposé de ce que je faisais : créer un service communication ! Depuis 2006, je le gère et mène pas mal de projets au quotidien ! Depuis 2016, en parallèle, j’ai créé ma microentreprise dédiée à la photographie et la prestation graphique et d’impressions tous supports. Et il y a quelques jours, j’ai obtenu mon concours de technicien territorial ! Comme quoi, on peut partir sur des mauvaises bases et s’en sortir un peu.

Quelle est ta ville préférée du Grand Est, en dehors de la tienne, sinon c’est trop facile ? Pourquoi ?

Nancy, capitale de la Lorraine ! Je t’ai dit que j’étais chauvin, mais j’adore aussi Épinal par sa taille et sa proximité avec plein d’endroits sympas pour se promener.

Quel artiste t’inspire ?

En photographie, et particulièrement dans mon domaine, j’apprécie le travail que propose le Belge Suspicious Minds. En peinture, je tombe pour les créas du Nancéien Flow Painting. Je me suis toujours promis qu’un jour, j’aurai une de ces œuvres (si j’arrive enfin à foutre 20 balles de côté tous les mois ! ^^). En sculpture métal, les références restent pour moi mes potes Toxic et Vinsz. Ensuite, il y a des univers qui me parlent, évidemment, comme ma frangine Sandrine Sanskullartime ou Audrey Timberwolf. A part le premier cité, tu remarqueras que ce sont des Lorrains, j’dis ça j’dis rien #chauvinismeappuyé

Ton juron, gros mot ou blasphème favori ?

En voiture, je vais t’avouer que j’imagine beaucoup de mamans d’automobilistes sur le trottoir le soir après 23h ^^... Sinon, un efficace «Va niquer ta mère» traversera les années ! Tu remarqueras que mes deux exemples évoquent des mamans ^^
#tusenslemalaise?

Un homme ou une femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Didier Super !

Quelle est ta devise ?

«Ce n’est pas le temps qui passe, c’est nous qui le traversons...»

Où trouves-tu ton inspiration ?

Dans l’adrénaline... Quand je photographie ces lieux abandonnés, l’adrénaline de ne pas me faire serrer me pousse à être efficace, original, méticuleux dans mes réglages... Je dois faire vite et bien. Certains ont besoin de calme pour être performant et écouter de la musique classique, moi c’est un bon live de NTM qui va m’accompagner pendant le traitement de mes photos ! #encoreuneallusionsurlesmamans

📷 : Portrait de Noëlla Barras

www.visites-interdites.com

Tu aimeras aussi 💙

Laisse un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.